Search

Agir face à une difficulté

Vous est-il déjà arrivé de "bloquer" sur un passage très particulier ? Un enchainement de notes qui malgré vos efforts résiste encore et toujours ? Cette sensation que vos doigts par exemple vous sont soudainement étrangers et refusent de vous obéir ?


Tout notre sérieux, notre travail et notre bonne volonté peuvent être mis en échec tant que nous n'avons pas totalement maîtrisé notre instrument ni hissé nos bases au plus haut. Dans ces moments-là nous pouvons douter, ressentir de la frustration ou autre.


Que faire alors ? Attendre de maîtriser soudainement nos bases pour qu'enfin notre passage passe ? Bien sûr que non ! Il faut savoir remédier à ces faiblesses et dans le meilleur des cas, les analyser pour pouvoir s'en servir afin de progresser.


Dans cet article je vais commencer par exposer ce qui se passe lorsque nous rencontrons une difficulté de ce type et les réactions immédiates ne menant à aucun résultat. Par la suite, je présenterai les différentes attitudes face au sentiment de frustration que j'ai pu observer chez les autres et adopter moi-même. Enfin je présenterai ce qui est pour moi l'approche la plus libératrice et efficaces.


Création de tensions


Lorsque nous sommes dans une situation bloquante, nous nous crispons. Nos corps, nos émotions, commencent à être de plus en plus tendus. Comme pris au piège de chaînes qui nous retiendraient nous avons la sensation d'être de plus en plus restreints.


Ces "chaines" sont plus proches des nœuds coulants et ce n'est pas en tirant dessus que nous nous en libèrerons. Au contraire, cela ne peut que créer davantage de frustration voire même de douleur

Une certaine catégorie de personnes aura tendance à répéter encore et encore le passage difficile sans pause et en faisant souvent la même erreur ou bien en en faisant d'autres. Au final, après un grand nombre dé répétitions, le résultat est souvent mitigé : la difficulté n'est pas réglée, ou les nouvelles difficultés se sont ajoutées, ou bien, plus traitre, le passage peut fonctionner, mais dès le lendemain, les erreurs réapparaissent.


Un autre type de personnalité essaiera plusieurs fois sans réussite et abandonnera très rapidement par manque de patience. Bien évidemment cela crée une baisse d'estime personnelle et le trait ne passe jamais car une sorte de fatalisme prendra le dessus "je n'y arriverai pas de toute façon"



Les nœuds ne se défont pas en tirant dessus sans réfléchir


Les différentes attitudes


Les attitudes que j'ai pu observer chez les personnes confrontées au sentiment de frustration décrit plus tôt sont de trois types. Je schématise et grossis les traits bien sûr, il n'est pas possible de catégoriser les êtres humains dans des cases. Les réactions décrites dans la partie précédente ne sont pas forcément cohérentes avec cette attitude c'est pourquoi j'ai préféré les séparer.


Ces attitudes peuvent sembler opposées mais suivent la même logique : la tension ou la pression monte, le réflexe est de la libérer

Soit on peut s'énerver un grand coup, une sorte de violence physique pouvant s'exprimer par un cri, un geste physique brusque (n'abimez pas votre instrument il n'y est pour rien, votre pupitre non plus !) voire certains actes d'auto blessures infligées.


Une autre option est de pleurer face à l'impuissance et la douleur interne et physique trop forte qui parcoure l'individu. Les larmes viendront, la gorge serrées et les sanglots n'amèneront pas loin la malheureuse personne.


Ces souffrances sont souvent tabous et peu traitées lors de la formation des musiciens. En les mentionnant, je souhaite les rendre visibles, et déculpabiliser les personnes qui y sont confrontées

Enfin, ne résolvant pas le problème mais générant moins de souffrances, l'éclat de rire est une attitude qui permet également de faire baisser la tension de manière très brutale. Certains pourront rire de la situation, qui en réalité n'est pas si dramatique.


Prendre du recul


Selon mon expérience, ces attitudes réflexes ne mènent que rarement à des résultats probants ou durables si nous nous limitons à elles. Il est important de savoir qu'elles seront toujours là selon notre nature, notre humeur ou le type de difficulté. Nous ne pouvons pas nous en vouloir de les avoir.


Ce qu'il faut faire c'est les reconnaître pour ce qu'elles sont : une première réaction. Très rapidement nous devons prendre du recul et sortir du schéma de la réaction pour entrer dans la réflexion.


Nous pouvons essayer de comprendre à quel endroit exactement le trait ne passe pas et analyser pourquoi, quelle est la cause de cette difficulté. Elle peut résider dans la lecture, la respiration, les doigts, la posture, à vous de trouver la réponse appropriée.


Ensuite pour ne pas s'engluer dans la difficulté et nous mettre à l'épreuve en répétant la même chose, risquant de renforcer notre réaction primaire, il est important de varier. Disons qu'il y a trois zones difficiles à des endroits différents dans la partition. Appelons les 1, 2 et 3. Au lieu de jouer un nombre indéterminé de fois le 1 puis le 2 puis le trois, nous pouvons par exemple suivre cette représentation :


1111 2222 3333 pause 3333 1111 2222 pause 2222 3333 1111 pause 1231 2312 3123.


Au final nous aurons joué 16 fois chaque partie en mobilisant chaque fois notre attention de façon différente car nous les avons joué dans un ordre qui variait.

De plus, alterner les parties difficiles permet d'oublier en quelque sorte que c'était difficile. Nous nous lassons moins également et la stimulation intellectuelle est suffisamment variée car il faut réfléchir à ce qui vient après. De ce fait nous apprenons plus facilement.

En effet, rester trop longtemps sur un passage amène notre cerveau à ne plus être stimulé et donc à ne plus fonctionner de façon optimale. Nous n’agissons donc plus de façon consciente mais en devenant de plus en plus mécaniques.

Cela apporte de l’assurance si nous jouons déjà parfaitement le passage et renforce les automatismes mais apporte de la confusion si nous ne l’avons pas préalablement maîtrisé

Pour conclure, reconnaître nos réactions primaires et réussir à en sortir en prenant du recul pour entrer dans le domaine de réflexion, ainsi que la stimulation par l'alternance plutôt que de s'accrocher à ce qui bloque, voilà les secrets pour se libérer de toutes les situations.


Une bonne dose d'optimisme et cette recette fera des miracles. A réfléchir et appliquer dans d'autres domaines que la Musique on ne sait jamais !


Bonne pratique et n'oubliez pas de vous amuser !

5 views0 comments

Recent Posts

See All