Search

La préparation des musiciennes et des musiciens

Updated: Jan 27

Le métier de musicien exige la capacité d'être prêt et en bonne capacité de jouer, si ce n'est dans la meilleure capacité. Cette obligation vient de l'aspect fugace de la représentation artistique. Il est attendu des musiciens une prestation d'un haut niveau.


Une attente assez pesante, qui parfois éveille d'autant plus un sentiment d'insécurité et de trac chez les personnes concernées. Il est possible de comparer ces moments à ce que peuvent vivre les athlètes : des heures et des mois d'entrainement pour tout jouer sur quelques instants.


Dans mon article sur l'échauffement je propose des pistes de routines afin de se préparer physiquement et mentalement aussi avant de jouer. Ces pistes peuvent être explorées et exploitées avant une représentation également.


Cependant, il est une réalité : nous ne contrôlons pas tout et pour mille raisons, nous pouvons nous retrouver privés de notre minimum d'échauffement. Si cela arrive et que nous ne sommes pas préparés, nous risquons de perdre d'autant plus nos moyens que nous nous basions sur l'échauffement pour prendre confiance.


Il peut également arriver un imprévu qui nous déconnecte de l'instant même si nous étions échauffés

Si l'échauffement avant la pratique est selon moi indispensable pour éviter des blessures, il peut être dangereux de placer toute notre confiance en lui. Comme dit plus haut, les circonstances peuvent réduire drastiquement voire rendre impossible le temps de l'échauffement. C'est pourquoi la préparation sera indispensable.


Dans cet article je traiterai de ce qui est pour moi le meilleur moyen de prendre confiance en notre corps, puis je parlerai brièvement de la préparation mentale qui pourrait être le sujet d'un article à elle toute seule. Enfin je terminerai avec des idées pour la mise en pratique de ces deux outils afin de se préparer au mieux.


Le rapport au corps en conscience


Il ne sera jamais trop répété que le corps est notre premier instrument. C'est-à-dire qu'il est aussi important de développer notre rapport au corps que de travailler notre technique à l'instrument. Je pousserai même jusqu'à affirmer que sans un lien étroit créé avec notre corps, les limites techniques instrumentales seront rencontrées plus tôt, et demanderont davantage de temps et d'effort pour être franchies.


Que ce soit par un sport, une activité physique ciblée ou une perception consciente de nos gestes, nous avons tout à gagner à améliorer notre capacité à déterminer la positions des différents parties de notre corps (autrement dit la proprioception).


En procédant de manière progressive, nous pouvons allouer un temps donné à écouter notre corps. Le terme de "petits pas" est parfois péjoratif, mais il est très important à garder en tête dans tous les processus d'apprentissage ou de réalisation personnelle. A force, nous grandissons et ce qui restera un petit pas proportionnellement à nos capacités, paraitra être un pas de géant vu de l'extérieur ou de notre point de départ.


Il s'agit d'un entraînement et tant que des habitudes n'ont pas été prises, il est fatigant voire contreproductif de se forcer à être conscient de nos mouvements en permanence

Cela peut commencer par un seul membre, un seul segment comme un doigt ou même une phalange. L'exercice peut ne durer que quelques respirations. Le tout est d'y mettre tout notre cœur. En position assise, debout ou allongée, vous allez diriger votre conscience vers votre pouce gauche disons.


Pour ce faire, il faut se donner un point de départ. Je trouve assez pratique de partir du point situé entre les sourcils, un peu au dessus de la base du nez. La raison est que nous gardons ainsi un centre. Si nous n'avons pas de centre, notre posture risque de dériver dans la direction où notre conscience ira. Pour se le prouver, essayer de regarder d'un côté quand vous marchez, si une chose attire votre attention, vous irez naturellement dans sa direction au lieu de marcher droit.


Nous partons donc du point que j'ai décrit plus haut. Imaginez une petite lumière, ou une sensation (chaleur, picotement, froid pourquoi pas) et tracez un chemin intérieur de votre point de départ à votre point d'arrivée, votre pouce gauche donc. Je vous invite à essayer dès maintenant avant de continuer la lecture.


Quand vous aurez réussi cet exercice, il peut être répété de l'autre côté, en agrandissant le point d'arrivée (la main entière), ou bien en tentant simultanément deux côtés.

Un autre exercice intéressant pour explorer son corps est similaire. Il s'agit de la respiration embryonnaire décrite dans différentes méthodes de respiration. Toujours en partant du point entre les sourcils, en inspirant, sentez votre conscience descendre vers votre nombril puis continuer plus bas jusqu'au périnée. Le mouvement doit correspondre au niveau de remplissage de vos poumons et être continu. Lors de l'expiration, faites passer votre point imaginaire vers l'arrière du corps et remontez le long de la colonne vertébrale, le haut de la tête, pour revenir au point de départ et recommencez.


En petite astuce, pour commencer, il est plus facile d'imaginer des points de repère assez espacés le long du trajet. Au fur et à mesure il est possible de rapprocher ces points avant d'obtenir une forme de continuité.


Il existe bien d'autres techniques semblables ayant toutes un effet similaire et des résultats satisfaisants

Lorsque vous serez capables de porter votre conscience sur différentes parties du corps, amusez vous à utiliser cette approche en mouvement. Lorsque vous ouvrez une porte par exemple, portez votre conscience sur la main qui entre en contact avec la poignée. Ou bien en marchant, portez la conscience sur la plante de vos pieds en contact avec le sol.


Un nouveau monde de sensations s'ouvre alors à nous. N'oubliez pas le point de départ entre les sourcils qui permet de garder en toute circonstance une posture verticale.


La préparation mentale


J'ai pu traiter de ce sujet dans l'article sur la visualisation que je vous invite à consulter. Notre imagination est un allié phénoménal pour nous préparer. Pour rappel, une partie de notre cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est imaginé et ce qui est réellement perçu. C'est cette partie qui fait que nous pouvons être persuadés de la réalité d'un rêve jusqu'à ce que nous nous convainquions du contraire en nous réveillant.


Nous pouvons utiliser cette forme de naïveté à notre avantage pour tester nos réactions sans être en situation, et même pour influencer ces réactions. Cela demande un travail d'imagination, mais cette capacité vient vite fort heureusement.


Les yeux fermés si besoin, imaginez-vous dans une situation qui pourrait sembler catastrophique sur le moment. Attention, âmes sensibles, ce qui va suivre est difficile :


Un changement d'heure a eu lieu et vous arrivez à cinq minutes du début d'une représentation. Juste le temps de vous changer en catastrophe et vous allez devoir jouer devant un public de connaisseurs dont quelques membre éminents de votre instrument, venus spécialement pour vous. Ces personnes ne vous ont jamais entendu auparavant et pourraient avoir un effet énorme sur votre avenir en positif comme en négatif. C'est votre premier concert avec votre orchestre, il y a plusieurs passages exposés et vous avez en tête votre période d'essai. Vous arrivez sur scène en sueur, les membres tremblants, le souffle court et sans aucun échauffement. Bref, il y a pas mal de raisons de se sentir un peu mal.


En ce moment, vous pouvez avoir des sensations désagréables dans votre corps. En lisant, votre rythme cardiaque a pu augmenter. Rassurez-vous, tout cela n'est pas vrai. Cependant vous avez pu avoir un aperçu de la puissance de votre imagination.


A l'inverse maintenant, imaginez un autre moment. Pour rester dans le même contexte, visualisez la fin du même concert. Contre toute attente, vous avez réussi une performance hors du commun. La Musique résonnait en vous et autour de vous, et passait à travers votre instrument pour aller vers le public. En parfaite osmose avec les autres musiciens, votre jeu collectif a atteint la perfection. Vous vous sentez sûr ou sûre de vous, de vos capacités, de votre musicalité et de votre technique instrumentale. Baignez-vous dans cette sensation de fierté, d'accomplissement et de confiance. Ressentez physiquement les effets de ces émotions sur votre corps et faîtes-les votre, comme si vous les méritiez et qu'elles étaient déjà en vous. C'est d'ailleurs le cas puisque vous les ressentez actuellement.


Plus compliqué maintenant, transposez les sensations que vous venez de ressentir avec le scénario positif dans la situation catastrophique du début. Rien n'est joué, vous êtes en bonne santé, vous avez répété pendant des heures de façon construite et constructive. Les réflexes sont acquis et vous êtes tout à fait capable de jouer de votre mieux malgré toutes les difficultés qui semblent s'être liguées contre vous.


Visualisez qu'en inspirant vous vous emplissez du sentiment de fierté et de confiance, et en expirant vous chassez les doutes, la peur et la crispation. Inspirez, la chaleur vous détend et vous avez une chance incroyable de pouvoir montrer ce que vous savez faire. Expirez, vos doutes partent avec votre souffle. Inspirez vous êtes un ou une artiste capable de choses magnifiques. Expirez, vos derniers doutes s'effilochent et disparaissent.


Ce qui est le plus important, c'est d'imaginer un point d'arrivée heureux et qui a du sens pour vous. Passez du temps à ressentir physiquement l'effet des émotions positives qui vous envahissent, sachez en nommer deux ou trois, celles qui viennent en premier et laissez-vous aller dans cette sensation.


Visualiser une situation qui puisse être plausible est plus facile. Mes exemples étaient très exagérés, il est possible de rendre la visualisation plus crédible en gardant le principe des petits pas. En passant par des étapes semblant réalistes mais menant à un objectif final plus haut, nous avons plus de chances de nous convaincre nous même.


L'idée est de conditionner les réactions de notre corps et par là nos réactions mentales afin de se donner toutes les chances de réussir. En effet les sensations physiques influent énormément sur notre mental (et vice-versa). Autant les réaction mentales sont difficiles à conditionner, autant les sensations physiques peuvent être davantage malléables car les schémas mentaux sont plus complexes. Le corps n'a pas de doute quand il fait quelque chose, pas de peur. Ces deux concepts appartiennent au mental.


La meilleure préparation mentale passe ainsi par notre corps


La mise en pratique


La phase de préparation fait partie de notre entraînement. Ici, la mise en pratique revêt la forme d'une sorte de conditionnement afin de créer les meilleurs résultats dans toutes les circonstances. Cet objectif peut paraître fantaisiste, mais c'est bien celui que nous devons viser à terme, quel que soit le nombre d'étapes qu'il nous faudra pour l'atteindre.


Retour au fondamental, le petit pas. La simple émission d'un son suffira pour commencer. Imaginez une note, visualisez un début de note parfait, une tenue qui correspond à vos attentes les plus hautes et une fin de rêve. Ce n'est pas grand chose n'est ce pas ? Une formalité ! Pourtant sous la pression, nous pouvons arriver à douter d'une chose si fondamentale.


Avant de jouer, il s'agit d'imaginer comment nous nous sentirions si nous réussissions cette note. Entendez-la dans votre tête, il s'y trouve moins de limites techniques. Quels sentiments aurions-nous, quelles sensations percevrions-nous ? Il faut vraiment ressentir cet état physiquement. Cela inclus les vibration que nous pouvons ressentir en jouant que j'ai décrites dans l'article sur la projection du son. Croyez-y fermement et tentez de jouer cette note avec déjà en vous le sentiment de réussite. Si vous y arrivez vraiment aussi bien, accordez-vous un court instant pour vous réjouir. Cela doit devenir une véritable évidence.


Continuez l'exercice de mise en condition de réussite. L'idée est d'aborder la moindre émission de son en pleine confiance avec l'affirmation intérieure que son exécution sera plus que satisfaisante. Nous pouvons alors nous préparer en visant un passage, une mesure ou un simple enchaînement qui s'avère complexe pour nous. le déroulé de l'exercice reste le même : visualisation du succès, appropriation physique du sentiment, exécution, temps pour se féliciter.


Deux choses : il est important de réaliser le passage lentement pour se donner toutes les chances de réussir. La déception pourrait gâcher la préparation et contrarier le projet de conditionnement. De plus, si vous n'arrivez pas à entendre le passage sans erreur dans votre tête, alors il est inutile d'essayer de le jouer à l'instrument, ça n'a quasiment aucune chance de fonctionner. Si le passage est difficile à imaginer à vitesse d'exécution, imaginez-le lentement d'abord et accélérez.


Avec la pratique, vous pourrez aborder un morceau que vous aurez travaillé avec déjà en vous le sentiment de l'avoir parfaitement exécuté. Il n'y a rien de magique, je ne prétend pas pouvoir jouer n'importe quel morceau juste en étant certain de réussir. La pratique diligente et bien construite reste la condition sin equa non à toute prestation. Cependant l'outil que je propose permet d'ancrer un sentiment de confiance sans lequel le temps de travail ne mène pas aussi loin qu'il pourrait.


Si la pratique est le véhicule, la confiance est le conducteur; c'est l'alliance des deux qui permet d'avancer comme prévu


La posture physique possède une influence sur la façon dont nous sommes perçus, et dont nous nous percevons nous-mêmes


Dernier élément de préparation que j'aime utiliser afin de me préparer à retrouver rapidement la présence, si un évènement venait à me perturber : le compte à rebours. Souvent, lors de la pratique, nous prenons notre temps pour nous mettre dans le bain et une partie de ce temps est passé sans être complètement présent. Afin de vérifier cela, il s'agit d'utiliser un compte à rebours pour les exercices de son, de technique ou autre que nous réalisons.


Donnez-vous un exercice raisonnable à réaliser dans un temps donné. Un peu de mathématiques pour calculer selon la vitesse du métronome en combien de temps cet exercice peut être réalisé. Accordez-vous une marge d'erreur de 10% d'abord. Dans les premiers temps, vous ne parviendrez peut-être pas à finir l'exercice, ce n'est pas grave, vous essaierez la prochaine fois. Finissez le si vous voulez en chronométrant combien de supplémentaire il vous aura fallu. Lorsque vous réussirez à finir dans le temps imparti, sans accélérer le métronome, réduisez la marge d'erreur progressivement.


Le principe est de vous amener sans punition ni réel danger, à vous focaliser quasi instantanément sur ce que vous êtes en train de faire. De cette façon, vous ne subirez plus de perte de moyens lorsque votre attention sera détournée et vous passerez moins de temps à régler les difficultés.


Deux choses pour cette expérimentation : Avant de lancer le compte à rebours, utilisez la technique de visualisation de la réussite pour croire en vous. Ménagez-vous des pauses afin de laisser vaquer votre esprit qui en a aussi besoin. Il est possible de le dompter, mais s'il est contraint en permanence et n'a pas d'espace pour libérer un peu d'énergie, gare au retour ! J'ai parlé plus tôt de l'influence du physique sur le mental, l'inverse est vrai aussi. Un mental ou un esprit selon les croyances qui est mis dans un carcan fera bien des dégâts au physique.


Pour conclure, la meilleure façon de bien jouer est de bien se préparer, pas de grande révélation. Nous pouvons cependant inclure dans notre préparation autre chose que la simple pratique : le conditionnement à la réussite et la confiance ainsi qu'un entrainement pour canaliser notre conscience plus efficacement et rapidement.


Pour nous permettre cela, notre meilleur allié est notre corps. Si vous suivez mes articles, j'espère que vous avez pu commencer à tisser une relation plus proche avec le votre. En passant par les sensations physiques que nous pouvons ressentir en lien avec une émotion, nous pouvons induire la confiance et la développer.


Rappelez-vous de la confiance et de l'affirmation intérieure que vous êtes en capacité de jouer aussi bien que vous le souhaitez. Ce sont les éléments qui potentialiseront vos efforts et le temps passé à l'instrument. Ainsi préparés, rien ne vous arrêtera !


Bonne pratique et n'oubliez-pas de vous amuser !

13 views0 comments

Recent Posts

See All